Accueil » Presse » [CP] Afi Esca lance un service de gestion commerciale déléguée

[CP] Afi Esca lance un service de gestion commerciale déléguée

Afi Esca lance un service de gestion commerciale déléguée en assurance emprunteur.

Convaincue que la loi Hamon et l’amendement Bourquin sont suffisants pour que les courtiers fassent réaliser des économies substantielles à tous leurs clients, la compagnie d’assurance AFI ESCA lance un service de gestion commerciale déléguée des contrats de substitutions assurance emprunteur.

L’impossible devient possible

AFI ESCA met à disposition de son réseau de 3500 partenaires un service de gestion commerciale déléguée dédiée aux substitutions Hamon/Bourquin en assurance emprunteur. Ce nouveau service répond au besoin grandissant des professionnels de proposer la substitution d’assurance à leurs clients malgré le manque de temps, de personnel ou d’expertise qu’ils peuvent rencontrer dans leur quotidien, alors même que ces affaires représentent une vraie manne de business.

Après avoir souscrit au service totalement gratuit et donné mandat à la compagnie, le courtier partenaire AFI ESCA confie ses clients à la cellule commerciale qui prend en charge l’intégralité de la substitution : du devis à l’émission, en passant par la résiliation auprès de la banque. Le courtier restant l’interlocuteur privilégié du client. « Ce service apporte un vrai gain de temps, de rapidité et d’efficacité à nos partenaires et de ce fait, aux clients qui réalisent par la même occasion des économies substantielles. Avec Hamon/Bourquin, le courtier vend une économie et non pas un coût à son client. C’est donc une vraie preuve de devoir de conseil ! », insiste Emmanuel PROVOST.

Un dispositif qui couvre le parcours de A à Z

La gestion commerciale déléguée s’inscrit dans le cadre d’un dispositif plus large lancé par la compagnie d’assurance fin 2020 : « le dispositif Hamon/Bourquin par Afi Esca ». Celui-ci vise à accompagner les partenaires courtiers dans leur démarche d’attraction et de transformation des demandes de substitutions d’assurance emprunteur. La promesse : un dispositif clé en main adapté à tous.

« Notre dispositif est singulier car il est des plus complets pour nos partenaires courtiers », explique Emmanuel PROVOST, Directeur Prévoyance d’AFI ESCA. « Il intervient sur toutes les étapes de la démarche de substitution d’assurance ».
Communication clients : mise à disposition d’un ensemble de supports de communication – PLV, leaflets, emailings, dispositifs média traditionnels comme digitaux – pour informer et capter les clients ;
Présentation commerciale : une offre produit très simple et de fait facilement accessible par le consommateur (la couverture assurantielle tient sur 2 pages seulement), avec un tarif compétitif et surtout des garanties très couvrantes ;
Constitution du dossier : accompagné du service #Opportunité, le client qualifie lui-même son dossier et le courtier gagne ainsi un temps considérable sur son entretien de vente ;
Envois digitalisés des demandes de substitution en recommandés : génération automatique du mandat de délégation d’envoi des recommandés, ainsi que des courriers de demande de substitution puis de résiliation pour un envoi digitalisé des courriers ;
Traitement des objections bancaires : AFI ESCA apporte une réponse construite et écrite à chaque objection bancaire ;
Accompagnement du courtage : mise à disposition d’une hotline dédiée, ainsi que de la cellule de gestion commerciale déléguée.

« Nos partenaires souhaitent faire de la substitution avec leurs clients. Mais ils n’ont pas suffisamment de moyens pour la mener à bien. C’est en cela que notre dispositif vise à leur faciliter la vie et leur fournir des outils clé en main », confie Emmanuel PROVOST. Ce nouveau dispositif s’inscrit dans la politique novatrice de la compagnie depuis quelques années focalisée sur 2 objectifs pour ses partenaires : développer leurs ventes, simplifier leur quotidien et par ricochet améliorer la satisfaction de leurs clients. « L’année 2021 sera définitivement l’année de la substitution d’assurance ; la législation étant largement suffisante pour la mettre en œuvre ».

Partagez cet article